Arsenal v Tottenham : 1-1 (PL #11) NLD: Non Loin du Délice

 kane-celebration

Eric Tabarly a dit un jour « l’homme a besoin de passion pour exister »


En ce lendemain de départ de Vendée Globe la citation du marin français résonne tout particulièrement. À croire qu’il en est de même du côté des Spurs qui semblaient avoir besoin de retrouver le feu qu’il leur a tant fait défaut ces derniers temps pour enfin exister. Et quoi de mieux pour attiser la passion des Lillywhites qu’un bon North London Derby comme on les aime. Ce derby du Nord de Londres était attendu de pied ferme des deux côtés, Arsenal tenant à consolider sa place de leader et Tottenham cherchant a se relancer après un mois d’octobre… compliqué. Les joueurs mais aussi Pochettino, jugé frileux dans ses choix tactiques lors des dernières rencontres, étaient donc attendu au tournant.

Une défense à 3, une première depuis 1 an

Première surprise, le coach argentin opte pour un schéma de jeu rare du côté de WHL, un 3-5-2 ou 3-4-1-2 ou 3-4-2-1 ou… ça peut durer très longtemps. L’important à retenir est que le jeune défenseur Kevin Wimmer fait donc son retour sur la feuille de match en tant que titulaire, à l’Emirates, entouré de Vertonghen à sa gauche et Dier à sa droite. Alors même si une analyse du fonctionnement de ce système eut été très intéressante l’échantillon est trop restreint pour en tirer de réelle conclusion tactique. Cette semaine on restera sur du « classique ». Nous allons donc voir ensemble les enseignements à tirer de ce duel.

Cette formation donc, a le mérite de présenter un avantage de taille, surtout lorsque l’ami Wanyama est sur le terrain, un troisième joueur est là pour soutenir la paire Dier-Verthongen et ainsi contrecarrer le pressing adverse. Néanmoins les goonies ne l’entendent pas de cette oreille et posent un bloque très haut. Sanchez/Iwobi/Walcott s’occupent des 3 centraux tandis qu’Ozil fait l’essuie glace pour gêner les relais vers le double pivot.

Autre conséquence de ce « back three » les latéraux Walker et Rose jouent un cran plus haut et offrent des solutions de jeu long intéressantes notamment pour Hugo Lloris, lorsque celui-ci ne peut jouer court avec ses centraux. Le bloc des goonies est en place mais bien étiré, et les Spurs sont les premiers à frapper. Sur une relance rapide côté gauche, Son se joue de Mustafi d’une feinte de corps et fonce aux buts. Son centre rasant pour Kane n’aboutira pas mais le coréen parait déjà plus en jambes. Puis Kane place une belle tête à côté des cages de Cech sur un centre tendu d’Eriksen.

Du mieux partout

Et notamment du côté de Son, qui bouge beaucoup plus, au côté d’un Kane qui focalise l’attention des défenseurs et d’un Eriksen un peu plus bas, chargé de lancer les offensives. A l’image du match contre City « Sonny » semble plus à l’aise dans un schéma plus axé sur le contre rapide que sur la possession. Le nombre de coéquipier en attaque semble jouer aussi. Face à City, il était chargé de l’animation offensive avec 2 autres coéquipiers ( Dele et Lamela ), comme hier avec Kane et Eriksen. En comparaison lors du match face a Leverkusen, il était aligné à gauche du trident offensif habituel.

son-arsenal son-leverkusen

Arsenal 6/11/2016                                      Leverkusen 2/11/2016

Ce qu’on constate c’est une liberté de mouvement moindre face aux allemands. Dans un schéma plus « rigide » il semble … bridé (LOOOOOOOL). Est-ce que j’ai fait tout cette explication pour cette vanne ?… Peut être.

sonny-laugh

Le duel s’équilibre peu à peu mais toujours privés de certains cadres et encore plus diminués après la blessure tardive de Dele Alli (genou) les Spurs n’osent trop se dévoiler. Ils conservent malgré tout la main mise sur le ballon (55% de possession) mais les hôtes se font plus pressantes et usent de leur vitesse pour déstabiliser la défense. Alors que l’on pensait se diriger vers un score nul et vierge à la mi-temps, une « erreur » de Wimmer vient ternir, jusque-là, la belle prestation des visiteurs. Sur un coup franc d’Ozil, le jeune autrichien vient dévier le ballon dans ses filets voyant Koscielny et Sanchez à l’affût dans son dos. Mais là où on le pardonne volontiers, c’est que pas moins de 3 gunners sont hors-jeu sur l’action dont 2 qui font clairement action de jeu puisque sans leur présence Wimmer n’aurait pas eu à toucher le ballon.

Malgré cela ça va mieux côté Spurs, on sent les joueurs plus concernés et dans l’ensemble la copie est plaisante. Au retour des vestiaires ils ne tardent d’ailleurs pas à se faire justice. Dembélé, déchainé, passe le milieu en revue avant de venir intelligemment provoqué un penalty (52e) dans les pieds de Koscielny. Kane transforme, 1 partout !

L’intensité ne redescend pas et les 2 équipes se rendent coup pour coup jusqu’à la fin. Eriksen trouve le poteau de Cech sur un coup franc vicieux à la 85e et Janssen produit son effort avec une entrée… musclée. Il aurait pu faire lui aussi basculer la rencontre sur un ciseau mal maitrisé. Après un dernier arrêt de Lloris sur une tête de Giroud, les équipes se quittent dos à dos, sur un résultat qui n’arrange personne mais aura eu le mérite de redonner le sourire aux fans des Spurs avant une trêve bienvenue.

Dembele, le talisman

Quelques autres points sont aussi à retenir, outre le placement toujours aussi énigmatique de Victor Wanyama (à croire que c’est une running joke) le pressing de Tottenham fût encore une fois particulièrement efficace, laissant les rouges à un taux de passes réussies bien inférieur à leurs habitudes (70% contre 84%).

Seul bémol, et c’est peut être plus un avis personnel pour le coup, le déchet technique. On sait que dans ce genre de match à haute intensité, le beau jeu, fluide et propre est souvent en PLS au fond du vestiaire. Néanmoins il s’agit pour moi d’un palier a franchir au niveau offensif et encore une fois le retour de Toby Aldeweireld, et donc de Dier au milieu, devrait aider à stabiliser les bloc et libérer quelque peu les hommes chargés de l’animation offensive.

Mais l’arbre qui cache toute la forêt que fût ce match, c’est la performance titanesque de Moussa Dembélé. Quand le belge n’est pas embêté par des pépins physiques rien ne peut lui résister. Cantonner à un rôle de 6 du fait des escapades de son compère au milieu, « the beast 2.0 » (RIP Sandro) a largement dépassé ses fonctions, brisant les lignes et le pressing adverse à maintes reprises, il a posé ses cojones pour aller chercher le pénalty salvateur.

Les notes de la communauté

Pour voter lors de prochains matchs rendez vous sur le Forum ou sur la page Twitter (@SpursFR)

Hugo Lloris (7.5) : Il ne peut rien faire sur le csc et a été impeccable dans l’ensemble avec un jeu au pied plutôt bon.

Kyle Walker (6.5) : Un peu moins en verve que lors des dernières sorties, un peu de repose lui fera le plus grand bien lui qui est sorti sur blessure.

Kevin Wimmer (5.5) : sans ce malencontreux accident cela aurait été une très bonne reprise pour l’autrichien, très (trop) agressif il a bien tenu son rôle de libéro.

Eric Dier (6) : Toujours un peu en délicatesse en défense central, son jeu long a fait du bien pour étirer le bloc adverse, son intérim est bientôt terminé.

Jan Verthongen (7.5) : Il poursuit sur sa lancée, en l’absence de Toby c’est lui le boss derrière.

Danny Rose (7.5) : Toujours aussi vivace, il a souffert par moment face un Bellerin plus technique que d’autres latéraux.

Victor Wanyama (4.5) : Encore quelque errements de placement et des retours défensifs un peu lents.

Mousa Dembele (8.5) : Monstrueux !

Christian Eriksen (6.5) : Encore un match frustrant du danois, un peu de déchet et un impact pas aussi important qu’on le voudrait, un rôle plus reculé lui ira mieux au retour de « Coco. »

Harry Kane (6.5) : Clairement en manque de rythme, il passe près d’ouvrir le score en début de match, mais il transforme son péno. WE MISS YOU HARRY !

Heung-Min Son (6) : Il double sa note, comme vu précédemment il y a du mieux.

Vincent Janssen (4) : Une entrée musclée mais encore trop d’imprécisions, note sévère néanmoins.

Kieran Trippier (5) : Le différentiel avec Walker laissé présager le pire, au final il a tenu son couloir correctement (même masqué).

Harry Winks (non noté)

 

poch-clinical

Clique sur Maurice pour les Highlights 😉


Catégories : Match

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera jamais p ubliée.