Histoire de Tottenham

L’histoire des Spurs commence le 5 septembre 1882 lorsque des étudiants de l’école de grammaire presbytérienne St-John également joueurs de cricket dans le club local « Hotspur » décident de créer un club de football. Le club se nomme alors Hotspur FC, allusion à Sir Henry Percy surnommé « Harry Hotspur » dans la pièce de Shakespeare « Henri IV, » personnage vaillant et brave comme nos jeunes footballeurs.

Le révérend Ripsher organise le club, qui change d’ailleurs de nom en 1884 pour celui de Tottenham Hotspur Athletic Club afin d’éviter tout confusion avec une autre équipe de la capitale : le London Hotspur FC.

Le club remporte son premier match officiel 5-2 contre St-Albans en 1885 dans le cadre d’une compétition regroupant les clubs londoniens. Le premier derby contre le Royal Arsenal a lieu quant à lui en 1887, les Spurs menant 2-1 avant que le match ne soit annulé en raison de l’obscurité 15 minutes avant son terme !

En 1895, le club devient professionnel et rejoint l’année suivante la Southern League, où il attire dans son stade de Northumberland Park jusqu’à 15 000 spectateurs. Le club poursuit sa professionnalisation en devenant une société anonyme en 1898 et adopte, après de nombreux atermoiements, ses couleurs : un maillot blanc et un short bleu marine, en hommage au Preston North End le premier Champion d’Angleterre de l’Histoire.

White Hart Lane et les premiers trophées

Le club déménage à White Hart Lane en 1899, et y remporte son premier match contre Notts County.

En 1900 les Spurs remportent la Southern League puis l’année suivante leur première F.A. Cup. En battant Sheffield united 3-1 à Bolton puis 2-2 à Crystal Palace, Tottenham devient la première équipe non professionnelle à remporter la compétition. En 1908, les Spurs obtiennent enfin leur promotion en seconde division par vote afin de remplacer Stoke, alors en faillite.

La promotion en première division ne se fait pas attendre. Dès sa première participation, Tottenham gagne son accession en 1909. Les débuts dans l’élite ne sont pas très brillants, le club est à la 20e place du Championnat alors que la guerre interrompt définitivement la compétition durant 4 ans.

L’après-Guerre

En 1919, à la reprise des championnats, l’élite passe de 20 à 22 clubs. Tottenham est relégué en seconde division suite à un vote qui permet à Arsenal pourtant seulement 6ème de seconde division d’être promu en première division à la place des Spurs. Chelsea, qui avait terminé 19ème est par contre sauvé. La rivalité entre les trois clubs dés lors sera toujours aussi vive !
Après une très belle saison en seconde division, le club remonte rapidement dans l’élite. L’équipe remporte sa seconde F.A. Cup en 1921 en battant Wolverhampton 1-0 à Stamford Bridge.

Le déclin de l’entre deux guerres

Malgré une belle seconde place derrière Liverpool en 1922, les Spurs ne confirment pas les espoirs placés en eux par leurs supporters et sont finalement relégués en 1928. À l’issue de la saison 1932-33, Tottenham remonte en première division, et accroche même une belle 3e place pour son retour. Pourtant la relégation sera encore là dès 1935 et végètera jusqu’à la guerre dans le ventre mou de la seconde division. Malgré ces années difficiles, le club peut compter sur de nombreux et fidèles supporters. Le 5 mars 1938, 75038 supporters assistent à la réception en F.A. Cup de Sunderland, constituant depuis le record d’affluence du club et de White Hart Lane.

Les championnats sont suspendus après la saison 1938-39 avec la survenue de la guerre, et le football ne reprendra qu’en 1946.

Tottenham au sommet

Après ces années de marasme, le club gagne le championnat de seconde division en 1950, remontant dés lors dans l’élite. Entrainé depuis 1949 par Arthur Rowe, ancien joueur du club comptant 201 matchs à son actif entre 1929 et 1939, qui met en place une tactique révolutionnaire pour l’époque : le Push and Run, basé sur un jeu de passes courtes et de jeu en mouvement, avec notamment le célèbre une-deux. Le club remporte le championnat en 1951 pour la première fois de son histoire, avec des joueurs comme Ron Burgess, Alf Ramsey, Ted Dicthburn et un certain Bill Nicholson.

Le club enchaîne avec une seconde place en 1952 mais face à la maladie, Arthur Rowe est malheureusement obligé de céder les rênes de l’équipe à Jimmy Anderson en 1955. Malgré la signature de Danny Blanchflower en 1954, le club alterne les bons et mauvais résultats en championnat : 18e en 1956 puis 2e en 1957.

En 1958 Bill Nicholson est nommé entraîneur. Sa première année est compliquée, l’équipe évite la relégation en terminant 18ème. Pourtant, sous ses ordres, le jeu des Spurs est très séduisant, offensif et fluide. Cela finit par payer avec une 3e place en 1960.

En 1961 c’est la consécration, le club s’offre un doublé Coupe – Championnat, le premier depuis 1897 et l’épopée d’Aston Villa. L’équipe reste notamment invaincue pendant 16 matchs d’affilés et inscrit 115 buts en championnat. Les Brown, Baker, Henry, Blanchflower, Norman, Mackay, Jones, Blanc, Smith, Allen, Dyson, etc, enchantent les observateurs avec leur jeu alerte et deviennent de véritables héros pour les supporters. En finale de F.A. Cup, c’est Leicester qui s’incline 2-0 à Wembley.

La saison suivante, Jimmy Greaves arrive et Tottenham finit troisième tout en conservant sa F.A. Cup à la faveur d’une victoire sur Burnley 3-1. L’équipe se hisse même en demi-finale de la Coupe des Clubs Champions après avoir éliminé Zabrze (à qui ils infligent un 8-1 au match retour à White Hart Lane), Feyenoord puis Prague. L’aventure se heurte finalement au futur vainqueur : le Benfica Lisbonne.

Tottenham deviendra le 1er club anglais à remporter une Coupe d’Europe en 1963 en Coupe des Vainqueurs de Coupe contre le tenant du titre. L’Atlético Madrid ne résiste pas aux hommes de Bill Nicholson et se fait écrasé 5-1 en finale. Une belle seconde place en championnat vient parachever cette belle saison.

Malgré le vieillissement de l’équipe et les transferts, les Spurs toujours emmenés par Nicholson remportent une nouvelle F.A. Cup contre Chelsea en 1967 par une victoire 2-1 dans ce derby londonien. Mais sous sa houlette, une nouvelle génération va exploser à Tottenham au début des années 70 : Pat Jennings, Steve Perryman, Alan Mullery, Martin Peters, Alan Gilzean, Martin Chivers : 2 League Cup en 1971 et 1973 et un deuxième titre européen avec le victoire en coupe de l’UEFA contre un autre anglais : Wolwerhampton (2-1, 3-2).

Les années de transition

Le club se hisse à nouveau en finale de la Coupe de l’UEFA contre le Feyenord en 1974. Les deux équipes se neutralisent à White Hart Lane mais à Rotterdam, les Spurs s’inclinent 2-0. S’ensuit un des épisodes les plus sombres de l’histoire du club, quelques supporters des Spurs furieux de la défaite de leur équipe, arrachent les sièges du stade pour les lancer sur les fans du Feyenord et les policiers qui interviennent pour rétablir l’ordre. « Les supporters qui font honte à l’Angleterre » titra le lendemain la presse anglaise. Suite à ces évènements malheureux et à un conflit avec la direction du club, Nicholson préfère démissionner. Avec lui les Spurs ont remporté 8 titres en 16 saisons.

La direction de l’équipe première est confiée à un ancien Gunner : Terry Neil. Bien entendu celui-ci est très vite pris en grippe par le public de White Hart Lane. Le club évite la relégation de justesse en 1975 finissant 19e, puis 9e la saison suivante. Terry Neil démissionne et les rênes de l’équipe sont confiés à Keith Burkinshaw. Malheureusement il ne peut éviter la dernière place et la relégation en 1977, un intermède qui ne dure qu’une saison.

Retour au premier plan

Durant l’été 1978, le club enregistre l’arrivée de deux renforts de poids : les Champions du Monde argentins Osvaldo Ardiles et Ricardo Villa. Même si leur acclimatation au jeu anglais est lente, les deux sud-américains vont permettre aux Spurs de tutoyer à nouveau les sommets. Un certain Glenn Hoddle est élu meilleur jeune joueur du championnat en 1980 après avoir inscrit 19 buts en 41 matchs. Pour le centenaire de la compétition en 1981, les Spurs renforcent leur réputation d’équipe de Coupe en remportant leur sixième F.A. Cup contre Manchester City, 3 à 2 avec notamment un but d’anthologie de Ricardo Villa.

Pour les 100 ans du club en 1982, ils conservent leur trophée contre QPR après un match d’appui remporté 1-0 sur un but de Hoddle, mais ils échouent dans leur quête du doublé en perdant en finale de League Cup contre Liverpool 3 à 1. L’équipe confirme également en championnat avec une 4e place deux années consécutive en 1982 et 1983. En 1984, Hoddle et compagnie glanent une deuxième Coupe de l’UEFA à la faveur d’une séance de tirs au but contre Anderlecht.

Dans le domaine extra-sportif, Tottenham est le premier club anglais côté en bourse en 1983. La même année, un sponsor fait l’apparition sur le maillot blanc (Holsten, une bière allemande) pour la première fois.

À la fin de la saison 1983-84, Burkinshaw démissionne suite à un conflit avec les dirigeants du club. En six années sous sa direction, les Spurs auront gagné deux F.A. Cup et une Coupe de l’UEFA.

Investissements records et résultats décevants

L’après Burkinshaw est délicat. Hormis une finale de F.A. Cup en 1987 perdue après prolongations contre Coventry 3-2, et quelques bons parcours en championnat (3ème en 1985,1987 et 1990), Tottenham stagne. C’est finalement la huitième F.A. Cup (1991) remportée 2-1 contre Nottingham Forest qui vient briser la monotonie et garnir l’armoire à trophée de White Hart Lane.

En revanche, Tottenham se distingue par des transferts records : en 1988, Paul « Gazza » Gascoigne transféré de Newcastle pour 2 000 000 de Livres et de Paul Stewart, venu de City pour 1 500 000 livres, ce sont les premiers transferts a dépasser le million de £. Le club poursuit d’ailleurs sa politique d’achat de stars avec le recrutement de joueurs tels que Waddle ou Gary Lineker mais les résultats ne suivent pas.

Les Spurs dans la tourmente

Malheureusement pour le club, les mauvais résultats sportifs sont aussi accompagnés de soucis financiers. Malgré la vente record de Gascoigne à la Lazio pour 5,5 millions de Livres, Tottenham est épinglé par la FA. En raison d’irrégularités financières, les Spurs sont même pénalisés par un retrait de 6 points en 1994 avec interdiction de jouer la F.A. Cup. La sanction sera finalement levée suite à l’Appel du club et la condamnation transformée en amende.

Malgré son Famous Five (Barmby, Klinsmann, Sherigham, Anderton et Dumitrescu) lors de la saison 94-95 n’accouche que d’une 7e place et une élimination en demi-finale de F.A. Cup. Le club remporte tout de même une League Cup en 1999 contre Leicester 1-0 mais termine à une décevante 11ème place en championnat.

En 2001, les Spurs sont acquis par ENIC, société de Joe Lewis et Daniel Levy qui prend la place de Président. Glenn Hoddle est nommé manager mais les résultats ne suivent toujours pas. Remercié en 2004, Hoddle n’aura réussi qu’à atteindre une finale de League Cup perdue. En 11 saisons, Tottenham se fait surtout remarquer par son incapacité à stabiliser le poste de coach. Ils sont 10 à se succéder sur la période.

Le retour à l’Europe

Martin Jol devient l’entraineur de l’équipe au cours de la saison 2004 et avec un groupe de qualité (Keane, Dawson, Defoe, King, Lennon, Berbatov…) parvient à se hisser à la 5e place de la Premier League deux années de suite (2006 et 2007) et d’atteindre les quarts de finale en UEFA, éliminé par le FC Séville. Finalement le Hollandais est remplacé par l’entraineur de ce même FC Séville en 2007, Juande Ramos. Malgré une League Cup remportée contre Chelsea en 2008, la première saison de Ramos est décevante, seulement 11e en Championnat et élimination prématurée en Coupe de l’UEFA. Au début de la saison 2008-2009, le club se sépare dans les derniers jours du mercato de son duo d’attaquants Keane / Berbatov, dés lors l’équipe enchaine les mauvais résultats. Juande Ramos est remercié et Harry Redknapp le remplace. L’équipe se classe finalement huitième et manque de peu de conserver son dernier trophée en date en se faisant battre en finale par Manchester United après les tirs au but.

Avec l’éclosion de Bale et Modric, la saison 2009-10 permet aux Spurs de jouer à nouveau les premiers rôles en premier league, l’équipe termine quatrième et se qualifie enfin pour les barrages de la Ligue des Champions. Malgré un très beau parcours en Europe (battus en quart de finale contre le Real de Madrid), et une énorme saison, le trio Bale – Modric – Van der Vaart doit se contenter d’une 5e place à l’issue de la saison 2010-2011.

Terminant 4e la saison suivante, les Spurs ne se qualifient pourtant pas pour la Ligue des champions en raison de la victoire de Chelsea en C1. Cette situation amènera d’ailleurs le changement de la règle et permettra à un pays d’avoir 5 représentants en Ligue des Champions. En outre les Spurs sont éliminés dés les phases de poule en Ligue Europa. Harry Redknapp est remplacé par André Villas-Boas à la fin de la saison. Sous ses ordres lors de la saison 2012-2013, et malgré les pertes de Modric et Van der Vaart, l’équipe termine 5e et voit son épopée européenne stoppée en quart de finale de la Ligue Europa contre le FC Bâle.

A l’inter-saison, Gareth Bale est transféré au Réal de Madrid pour la somme record de £85 millions. L’aventure Villa-Boas prend fin en décembre 2013 après de mauvais résultats, il est remplacé par Tim Sherwood chargé d’assurer un intérim qui se terminera à une triste 6e place, après notamment quelques déroutes mémorables face aux cadors du championnat. Sherwood est remercié le 14 mai 2014, remplacé par Mauricio Pochettino qui signe un bail de 5 ans avec le club. Ses objectifs sont de bâtir un groupe dont l’ossature s’appuiera sur la formation afin, à terme, de stabiliser Tottenham en haut du tableau et dans le gratin européen. Lors de sa première saison , Pochettino hisse l’équipe à une prometteuse 5ème place. Les Spurs disputent même une finale de la coupe de la Ligue qu’ils perdent à Wembley face à Chelsea.

À l’été 2015, la reconstruction totale de White Hart Lane est annoncée. L’enceinte historique du Nord de Londres devient trop étroite pour les ambitions de Daniel Levy et une nouvelle enceinte moderne de 61000 sièges sortira de terre pour le début de la saison 2018.